Vendredi 28 mai 2010 5 28 /05 /Mai /2010 17:41

4468763742 58d24d95c5Quand je l’ai observée se poser là-bas, tout au bout de la piste, après deux ou trois loopings au-dessus du terrain, autant de zigs-zags déconcertants, et un crissement anormal des pneus au moment de l’impact au sol, j’ai compris qu’elle n’était pas dans son état normal. Il avait dû se passer quelque chose.

 

Plusieurs minutes se sont écoulées. Interminables. Puis elle a fini par replier ses ailes, arrêter ses réacteurs et descendre l’échelle. Son train d’atterrissage était, me semble-t-il, légèrement faussé. Visiblement endommagée aussi, l’une de ses antennes était repliée en accordéon. A part ça, elle avait plutôt fière allure dans sa combinaison de cuir dont elle avait baissé le zip par-devant pour mettre en valeur la naissance de son décolleté. Sa peau était hâlée. Son premier réflexe a été d’allumer une cigarette. Puis elle a suivi la ligne blanche au centre du tarmac en se déhanchant légèrement, son casque intég4574404607 418b7c57faral tenu par la lanière sur le côté. Lorsqu’elle s’est trouvée à ma hauteur, plus aucun doute ne m’a été possible. C’était bien elle avec sa petite crête blonde peroxydée. Je l’aurais parié.

 

  • Z’avez pas vu ma ruche ?

 Comme sa question m’avait un peu désorientée, elle s’est empressée d’ajouter :

 

  • A vue de nez, j’ai dû faire au moins 400 kilomètres de trop vers le nord !

Et comme je continuaisapis1 à rester silencieuse, elle s’est lancée dans une série d’explications techniques sur les effets des courants d’air ascendants et du nuage de cendres en provenance d’Islande auxquels il fallait ajouter la panne totale de ses instruments de navigation et le blocage malencontreux de son radar à balayage électronique.

 

Elle s’agitait dans tous les sens. Son bourdonnement aigu était difficile à comprendre. Je l’ai laissée parler. Apparemment, elle avait vécu une aventure palpitante mais mouvementée. J’ai cru saisir qu’elle se reprochait d’avoir descendu deux ou trois verres de Quincy juste avant le décollage, que du coup ses idées étaient restées un peu brouillées pendant le vol mais qu’elle ne regrettait rien, qu’elle avait vu du pays et que depuis là-haut, on pouvait dire tout ce qu’on voulait, c’était tout de même autre c4622694798 47c48fe67ahose.

 

Rebondissant sur ses propos, je me suis hasardée à lui demander si elle avait tenté d’entrer en contact avec une tour de contrôle pour vérifier sa position.

 

  • Mais ma parole, qu’est-ce que vous croyez ? Que je faisais du tricot peut-être ! J’ai tout essayé, tout ! La base de Romorantin est restée désespérément muette. Une bande de sourds. Tout comme celle de Tours, vous comprenez ? Tango, Oscar, Uniform, Romeo, Sierra, s’est-elle sentie obligée de m’épeler.

Elle en avait gros sur le cœur. En désespoir de cause, elle avait cru pouvoir s’en sortir en recourant à son BlackBerry mais ça avait été pire, ses adresses de messagerie ne passaient pas, à la réception seulement mais pas à l’émission.

 

  • A quoi ça me sert4639351027 c08189994c si je ne peux pas émettre !!!!!!!!

Comme le ton montait, j’ai essayé de calmer le jeu en lui faisant remarquer qu’il était tard, qu’un retour de nuit même avec les phares allumés restait problématique, que ses petites amies qui l’attendaient au chaud dans la ruche se feraient une raison, que demain serait un autre jour et que dans l’immédiat, le mieux qu’elle avait à faire était tout bonnement de se reposer. Je lui ai donc proposé de dormir dans la chambre rose. Pendant ce temps-là, on donnerait son antenne à réparer chez le maréchal-ferrant du coin. Elle a fini par accepter.

 

Le lendemain, quand je me suis levée, elle était déjà attablée dans la cuisine, la fenêtre grande ouverte. Elle terminait un bol de café noir accompagné de deux énormes tart4630109287 257e4acbfbines de pain grillé sur lesquelles elle avait généreusement étalé une épaisse couche de miel. En pleine forme.

 

  • Météo magnifique, ça va barder !

Elle a ajusté son casque intégral, fait le point sans s’attarder et réglé ses instruments. Après un tour de chauffe destiné à vérifier que tout était OK, elle est passée au ras de la maison dans un bruit d’enfer. J’ai cru que le toit allait s’envoler. Elle était si proche que je pouvais distinguer son pouce levé en l’air et un clin d’œil à mon intention à travers le cockpit.

 

Puis elle a mis les gaz à pleine puissance et s’est élevée tout droit en direction du soleil.

 

A fond les marrons !

 

Par Claire Grenadine - Publié dans : Maîtresse Cindy
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : L'éducation anglaise de Claire Grenadine
  • L'éducation anglaise de Claire Grenadine
  • : étudiante
  • : L'expérience d'une étudiante du Severity College, établissement réputé pour sa discipline et pour la rigueur de ses méthodes d'éducation
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 12/07/2009

Rouge framboise



Si, si, je vous assure, elle est hyper sévère !

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Derniers Commentaires

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés